Test: JL Audio E112

_DSC7324

Deuxième subwoofer qui passe entre mes mains de chez JL audio et c’est toujours la même qualité qui en ressort.

Celui-ci fait partie de la nouvelle gamme E qui est moins chère et plus accessible que la gamme F. Ça ne veut pas fatalement dire que c’est « accessible ». JL audio, ce n’est pas donné…

Fabriqué conçus de A à Z aux USA… ça se paye.

La gamme E est pour le moment constituée de deux caissons, un 25cm et un 30cm. C’est ce dernier que je vais vous présenter.

 

_DSC6072

Assez compact, il se logera facilement dans tous les intérieurs ; on ne peut pas rater que c’est un caisson clos. Du coup la puissance de l’amplification est fatalement importante pour compenser (1200w sur le E110 et 1500w sur ce E112).

Le look de l’engin et sa finition sont de très haut niveau. Le woofer est extérieurement très semblable au F113 avec sans doute la suspension un peu moins importante. Ce E112 déplacera moins d’air car il à un Xmax plus contenu. La finition vinyl noir est de bonne facture mais à ce prix, j’aurais quand même préféré un placage bois comme sur le Paradigm SUB1/ Sub 15.

 

Je vous mets une macro pour que vous voyiez un peu à quoi ça ressemble et vous remarquerez au fil des photos que la finition est absolument parfaite. Aucun problème d’ajustement ou de mauvais choix de matériaux. Même si c’est un peu moins luxueux par rapport au F113 ; c’est tout de même d’un niveau autre que Klipsch pour ne citer que cette marque.

 

_DSC7297

Aussi vous verrez plus loin que le panneau avant de type granuleux est parfaitement ajusté avec un aspect mat du plus bel effet et l’ensemble sonne sourd quand on le tapote.

La chose vraiment géniale, c’est le panneau de réglage qui n’est pas situé sur l’arrière (et donc difficilement accessible) mais sur le dessus, caché par une plaque en caoutchouc doux au toucher et aimantée !

En plus, elle ne provoque pas de vibrations même lorsqu’il est fortement sollicité. L’aimantation est par ailleurs très puissante.

On à accès aux réglages classiques: coupure, phase, volume, polarité.

 

_DSC7302

 

C’est probablement le caisson que je trouve le plus intelligent pour ce qui est de l’accessibilité aux réglages.

Comme en plus, le module amplification est complètement isolé dans son propre volume, j’en veux pour preuve les coupes que JLAudio a montré sur le net… ça renforce encore sa fiabilité.

C’est certes plus difficile à construire et je comprends du coup que la majorité des autres constructeurs le mette simplement à l’arrière sans se poser d’autres questions.

D’ailleurs, on voit à quel point le woofer est spectaculaire. Il est pourvu d’un double spider gage plus que probablement d’un très bon contrôle.

Je vous mets des photos « piquées » sur le net car je n’ai pas démonté le mien.

 

jl audio E112

 

Le panneau avant est complétement solidaire du woofer et donc là aussi ; ça va être un gage de rigidité.

D’ailleurs quand on soulève l’engin, on se rend compte que ce n’est pas de la rigolade… c’est compact mais très très lourd !!!

Il pèse en effet 33.3 Kg (avec une grosse portion du poids sur l’arrière) pour des dimensions de :

Largeur : 39cm

Hauteur : 41cm

Profondeur : 46cm

Il dispose d’entrée Ligne traditionnelle (L+R) et aussi de sorties pour chainer un deuxième caisson et aussi des entrées haut niveau même si c’est de moins en moins utilisé de nos jours. Un réglage (rare) de masse est également présent.

_DSC7317

 

Malgré ses relatives dimensions compactes, ce E-112 est vraiment étonnant ; une excellente surprise pour moi.

 

 

Voilà les films blu-ray que j’ai utilisés pour ce test :

  • Tron
  • Battlefiled Los Angeles
  • Guerre des Mondes
  • Edge of Tomorrow
  • Dark knight
  • Toy story 3
  • Lucy
  • District 9
  • Master and commander
  • Prometheus
  • Lord of the Rings
  • Wrath of the titans
  • Cloverfield
  • Godzilla (2014)
  • Pour les concerts :
  • This is it
  • Shakira (live bercy)

 

Et bien sur, les classiques extraits de démo Dolby Atmos/ THX etc…

 

 

J’ai laissé le caisson se roder un peu sur mes séries habituelles avant de passer aux choses sérieuses.

 

La folie de grave et d’effet à coup d’EMP de Godzilla ne lui fait pas peur et il descend vraiment très bas.

Le passage ou la bête se réveille est terrifiant ( à partir de 29min 40’) et les chocs que transmets le monstre tapent et cognent dans la poitrine. C’est fou parce que le « slam » fait plus penser à un 38cm hors là… ce n’est qu’un 30 !!! J’ai trouvé que son rendu était assez différent du F113 (de chez JL Audio toujours) car ce dernier était sans doute plus démonstratif mais aussi plus rond. Ici, avec ce E-112, on a un caisson non seulement compact et clos mais malgré tout qui frappe et cogne. Si vous avez envie de vous faire peur, glissez donc le Blu-ray de Lucy…

Passé l’intro, avancez donc jusque 29 min et tenez le choc pendant 5 min encore…

Dans moins de 25m², vous allez vous en souvenir, je vous le promets.

J’ai refait ces passages avec le Klipsch R112SW, qui même si il ne démérite pas en niveau sonore, ne peut égaler le JL Audio sur la profondeur du grave et l’aspect « lourd » que cela peut avoir.

Le Klipsch avoue plus vite ses limites, la membrane se tordant devant le volume demandé et des bruits d’écoulement d’air viennent parasiter le grave, qui alors parait plus léger et plus brouillon.

Bien entendu, la différence de prix explique des choses mais elle est ici totalement justifiée.

Pour un caisson comme lui, les meilleures bandes sons récentes ne lui font pas peur !

 

_DSC3033

 

Le summum des extraits revenant au trio War World – Tron – Edge of Tomorrow.

Ces trois films là sont des monuments dans la gestion du grave. Que ça soit la quantité ou la profondeur.

Tron pour sa part, est incontournable parce que entre les effets exagérés, le passage dans la matrice etc.. c’est wahouuu.

La Guerre des mondes (War World)… ah ben oui… il pousse le petit mais il n’oublie jamais d’envoyer du lourd ; du très lourd. Tellement qu’on se dit que ce n’est pas possible que c’est cette si petite chose qui pousse aussi fort. Les pas des tripods sont oppressant et profond comme il se doit. Il participe grandement au spectacle de ce film.

Chose à noter également… vu qu’il est très lourd, il ne bouge pas beaucoup. Il vibre un peu mais à part le fantastique SUB1, tous le font.

D’ailleurs il suffit d’aller lire les mesures des pressions (en champs libre) sur un célèbre site américain pour s’en rendre compte que ce petit fait partie des meilleurs !

_DSC7289_DSC7286

Edge of tomorrow remporte pour moi la palme parce que c’est le mixage le plus intelligent et quand ça pousse… mais ça pousse grave ! En plus, j’ai trouvé le scénario vraiment excellent.

Attention à l’intro ou il faudra baisser facilement de 15dB (oui oui 15) pour ne pas faire décoller la membrane de votre caisson. Je ne sais pas si l’ingénieur son n’avait pas fumé un truc en mixant cette intro, parce que le grave est à fond les ballons et à des fréquences très basses ce qui, et je ne plaisante pas, peuvent être fatal pour votre installation si reproduction à trop fort volume. Donc à noter : pour l’intro de Edge of tomorrow, je baisse le volume pour laisser passer le décrassage de membrane. Le reste du film est certes de haut niveau mais sans danger (enfin à volume normal).
Avec ce E112 ; je me suis fait un de mes film culte : « District 9 » de Peter Jackson. D’ailleurs je me demande comment le réalisateur d’un tel film à pu nous sortir une mièvrerie de trilogie « Hobbit ».

Enfin bref, pour cette bande son qui n’est pas nécessairement la plus récente… le JL Audio est diabolique. De l’infra qui souffle qui fait trembler les cordes vocales et la gorge ; des explosions dynamiques. Tout ceci est tellement bon que j’ai monté le volume à des niveaux inavouables et le bougre… à parfaitement suivi. En fait, tout ce qui est sec et effets explosifs s’écrasent un peu à fort volume (mais vraiment fort) mais même si je présume que ceci est dû au tassement dynamique ; ça peut être aussi le dynamiq EQ de l’audyssey qui sur-corrige moins.

Ça n’empêche absolument pas la pression de monter et d’être à fond dans le film. Le passage ou Wikus va se faire découper vers 38’ est oppressant à souhait et des vagues de très puissants infras qui pulsent participent grandement à l’immersion.

Passage TOP démo !

_DSC6076_DSC7283

Les passages musicaux ne lui font pas peur comme par ex « This is it » ; ça pulse de partout et le battement de pied est inévitable. Je vous recommande ce blu-ray qui est excellente bande son musicale. MJ avec sa musique pop sont superbement reproduit dans le rythme par le petit 30cm.

C’est net, sans bavure et musical. Alors bon, un Paradigm SUB1 ira plus loin en termes de suivi mélodique mais par contre… sera un peu plus discret de par sa tenue.

J’en viens à me dire que ce caisson est le meilleur compromis des deux mondes et quand on prend ça en compte… le prix n’est finalement plus si exagéré.

Face à son grand frère le F113 que j’avais essayé précédemment, les plus grandes différences viennent essentiellement du prix et du vol max disponible et de la sonorité moins « grasse » du E112.

En effet, le F113 donne plus de volume max tout simplement parce que l’amplification embarquée est plus puissante et le débattement max permis par la membrane n’est pas le même. Par contre, là où le F113 est assez rond ; le E112 est bien plus vif, rapide et parfois claquant !

Du coup, j’adore et je le préfère à son grand frère. Pour ceux qui serait vraiment très gourmand en niveau (mais vraiment) ; rien n’interdit d’en mettre un deuxième.

Le rendez vous dans la Moria du premier volet de la trilogie du Seigneur des anneaux est toujours un régal, ça cogne dur avec ce coco là et on est dans un parfait équilibre entre un grave profond mais puissant et enjoué quand il le faut.

_DSC7294_DSC7290

Avant de laisser partir les deux Klipsch R112SW et R115SW ; j’ai rapidement fait une confrontation et ma conclusion est la suivante : ni l’un ni l’autre n’explore la première octave comme le JL Audio E112.

Après, d’un point de vue puissance et punch, c’est aussi bon l’un que l’autre mais les Klipsch sont plus « light » dans leur reproduction. Des passages discrets mais pesant (Je pense notamment à la série Hannibal et au film récent de la planète des singes) ; et bien… ce n’est franchement pas pareil.

Ça n’enlève rien à la qualité des Klipsch mais clairement, ils ne boxent pas dans la même cour.

 

J’ai remarqué qu’il chauffait un peu mais le large dissipateur arrière fait bien son boulot et j’imagine mal le E-112 partir en surchauffe.

J’ai fait quelques mesures grâce à un nouvel outil sur iOS; ça ne fait que confirmer ce que je pensais… il descend très très bas.

Le première montre une mesure globale sur bruit rose, le caisson est filtré à 60hz et on voit bien que le 20 hz ne lui fait pas peur…

Ensuite, j’ai généré du 25Hz, et on obtient facilement des niveaux élevés sans forcer. D’ailleurs, cet outil m’a permis de faire des essais par tâtonnement et le niveau à 16 hz fait trembler toute la pièce. Le coco en à sous le pied.
IMG_0339IMG_0333

 

 

 

Ce petit est un vrai coup de cœur qui du coup restera chez moi. Je l’ai adopté. Me connaissant, c’est un vrai compliment pour lui.

Mon coup de cœur SUB 2015 !

 

_DSC7321

 

 

 

CONCLUSION :

ok compact, bien fini, bien pensé

ok première octave reproduite sans trop de peine

ok sec, nerveux, réactif

ok musical

ok universel d’emploi (hifi/ hc)

 

pasok J’aurais voulu un prix un peu plus modéré mais bon…

 

N'hésitez pas à commenter ce billet

8 Commentaires pour “Test: JL Audio E112”

  1. David dit :

    Salut Ashram,
    Le rapport qualité/prix te semble t-il plus intéressant que celui du Sub1 ?
    Le ratio dimension/perf ?

    Je trouve dommage qu’il n’y ait pas d’EQ, ce qui me semble indispensable pour ne pas « écouter la pièce ».

  2. ashram dit :

    le SUB 1 à en fait un mauvais rapport qualité/prix tant le tarif est complétement hors budget de la majorité des amateurs.

    c’est toujours un peu le même problème avec le très bon matériel !

    le E112 est nettement mieux fournis sur ce rapport là mais il va moins loin d’un point de vue son (heureusement d’ailleurs).

    avec les EQ de plus en plus évolués de nos chers amplis HC… en avoir sur le caisson perd vraiment de sons sens.

    enfin, ça n’est que mon avis hein ;)

  3. tekko dit :

    Que vaut-il par rapport à un SVS SB13-ULTRA ou SVS PB13-ULTRA?

  4. tekko dit :

    et pour l’intro d’edge of tomorrow, le DD15 l’encaisse mais ce sont les portes et châssis des fenêtres qui se font « démontér » :)

  5. ashram dit :

    salut !

    je ne connais pas les SVS mais les tests US mettent le JL E112 et le SVS SB13 au coude à coude hors le E112 est plus petit (mais le SVS moins cher).
    le E112 serait plus performant en hifi ce qui ne m’étonne pas au vu de ce que j’ai entendu.

    J’ai un soucis avec SVS et leur manière de travailler et il est donc peu probable que j’en teste un jour…

    Le seul qui je pense vaut vraiment la peine chez eux et qui écrase la concurrence pour peu qu’on puisse se permettre un truc aussi gros est le PB13 ultra. mais autant les tests le mette très bien en niveau de pression SPL autant en terme d’impact, de suivi du rythme etc… on en entend jamais parler.
    J’ai bien peur que ça soit trop boudin et hyper HC démo.

  6. kuhn dit :

    bonjour
    ce genre de caisson comme le JL E112 et le SVS SB13 sont il adapter a des pièce des salon de 20m2 ou son t’il disproportionné?

  7. olivier dit :

    Bonjour,

    Moi je l’ai utilisé dans une pièce même un peu plus petite et ça ne pose aucun problème.

    Le niveau est de toute façon configurable et donc modulable en fonction de vos gouts.

    Du tout bon ce E112 en tout ças.

  8. kuhn dit :

    merci pour ta réponse.

Laisser un commentaire