Test: KEF R300

R300-6

Au premier abord, les R300 font une forte impression visuelle  !!!

Déjà la caisse contenant les deux enceintes pèse le poids d’un âne mort !

Au déballage, le soin apporté aux enceintes pour les protéger est évident.

Et puis une fois en main (propre car sur du noir laqué ça ne pardonne pas)… le poids de l’enceinte ainsi que la taille impressionne.

Nettement plus lourd que les bibliothèques qui me sont déjà passées entre les mains et de dimension très généreuses.

D’un point de vue technique, c’est une vraie trois voies avec un woofer de grave complètement dédié et le fameux UniQ de dernière génération  – la 12°- qui équipe cette gamme R.


Le diamètre de celui ci n’est pas énorme et sera pareil sur toute la gamme. Il est issu de la fameuse Blade même si sa composition n’est pas exactement pareille. Ici, c’est une structure Aluminium/ Magnésium. Du moins, c’est ce que la documentation technique précise.

Le woofer lui, est un 16,5cm avec suspension renversée et membrane très très légère.

ça se sent assez fort en la tapotant d’ailleurs. Chose surprenante, ça ne résonne pas tellement… ça pourrait vouloir dire que l’accord de l’évent est assez bas ou… qu’il n’y aura pas beaucoup de grave. Je vous rassure tout de suite; c’est la première proposition. Il est muni d’une grande bobine en aluminium et il est ventilé (comme sur les Q d’ailleurs).

Un évent est présent à l’arrière et KEF livre des bouchons en mousse au cas ou le grave serait trop présent ou tout simplement si les enceintes sont placées trop près du mur arrière. Il est en deux parties donc on pourrait soit la rendre complètement close ou alors diminuer le diamètre de l’évent.

Le bornier ressemble à celui de la gamme Q mais un net cran au dessus en terme de finition; à vrai dire, il serait en nickel.


L’enceinte en elle même reçoit un laquage de très belle qualité mais comme tous les laquages… c’est fragile et salissant !

Je les ai aussi reçues en finition Walnut et je vous laisse admirer !!!

C’est très joli, très satiné donc peu salissant et la qualité de placage est bien là.

C’est sans doute moins « claquant » que le noir laqué mais j’aime beaucoup également.

La caisse sonnent très mat, nettement plus que les Q300 en tout cas.

Les premiers essais que j’avais effectués rapidement étaient spectaculaire du point de vue rendu… voyons ça en détail !

Je les ai tout d’abord installées sur mon système dans ma grande pièce avec donc Accuphase DP500 en source, UGS en préampli et Pass lab X350.5 en ampli.

Ayo –  Down on my Knees

J’ai du louper un épisode mais ou est le caisson ?

On croirait écouter une colonne tant le grave est présent, descend bas et ne bride pas le résultat comme c’est quasiment le cas pour toutes les bibliothèques.

La voix de Ayo est pleine, riche mais douce et sensuelle également.

Il y a plein de détails mais ceux ci ne sont pas projetés et l’ensemble est finalement assez doux, très agréable à l’écoute et ce même à fort niveau ou les enceintes tiennent bien le choc.

La scène stéréo est fort belle mais ne surpasse pas les meilleures du genre. En profondeur, c’est par contre très bon !

On entend bien les différences de plans.

Aussi, c’est une enceinte qui nous donne accès aux premiers rangs. Il y a toujours une sensation de proximité, surtout dans les voix.

Je suis surpris d’un tel résultat par des bibliothèques surtout que dans le volume de mon salon, on aurait pu les croire perdues !

Et bien non, même une cinquantaine de mètre carré (surface globale) ne leur font pas peur !

Bien sur, je les écoute à 3m environ  car lorsque je m’éloigne, l’énergie dans le grave chute vertigineusement.

Heureusement d’ailleurs, je n’y comprendrais alors plus rien !!!



Hooverphonic – Sit down and listen to Hooverphonic

Toujours aussi spectaculaire pour une telle taille d’enceinte, le bas grave est tout de même assez logiquement moins présent par rapport à ce que je connais. Par contre, il percute méchamment (plage 4) et il participe énormément au punch et au rythme du morceau.

La force de cette KEF R300, c’est le punch donné par ce woofer dédié.

Les voix sortent avec une facilité incroyable mais pourtant, elles ne donnent pas l’impression de projection comme c’est souvent le cas en haut rendement par ex.

Il est vrai que ce sont des enceintes qui sont extrêmement communicantes et avec qui la musique est facile et sans retenue.

C’est dû à la bande passante très étendue.

Tout de même; quel punch et quelle énergie; ça, associée à une certaine douceur finalement du médium qui est est neutre mais pas excessivement donne un plaisir d’écoute renouvelé à chaque morceau.

Ici pas de maigreur, mais une musique qui à du corps, riche et pleine.

Tellement que ça donne envie de pousser le volume au delà du raisonnable.

A ce propos, même à fort niveau, j’ai été impressionné par la neutralité de la caisse qui vivre très peu… faut il y voir une des raisons de ce grave finalement si propre et si sec ?!?

Dvorak – Symphonie n°8 & 9 (Karajan):

Ce genre n’est pas facile pour une biblio parce que il faut du coffre. Inutile de vous faire un dessin, ça

passe à merveille. Bien sur, il n’y a pas l’attaque d’un 38cm mais c’est tout à fait honorable !

En plus, ça en impose, ça s’affirme. Vraiment surprenant.



Dead Can Dance – Wake

Je l’attendais au tournant parce que ce cd contient des effets spectaculaires, des graves qui le sont tout autant et des effets stéréos avec des balancements extrêmes gauche-droite savamment distillés.

Sur la plage 2, je remarque que les effets sont assez monophoniques et ne se développent pas dans l’espace comme il se devrait. C’est déjà quelque chose que j’avais constaté sur les Q300 et Q700.

Probablement du à un rayonnement moins large du tweeter encapsulé avec le médium.

La plage 7 résume à elle seule la capacité du grave qui est ici… époustouflant.

Puissant à un point que certaines colonnes ne font parfois pas autant ni surtout aussi propre.

Il est en plus très tenu et tape de façon vraiment très contrôlée.

Bien sur l’amplification conséquente derrière y participe surement mais tout de même !!

Je continue de penser que la construction et rigidité de la caisse n’y sont sans doute pas étrangère.

Evidement la plage 9 est comme je m’y attendais: royale !

Et ce n’était vraiment pas gagné car en général… ça ne passe pas du tout avec les bibliothèques.

Ici, aucune frustration, mais vraiment aucune. Cette R300 peut être utilisée telle quelle sans besoin de caisson !

En tout cas dans une configuration proche de la mienne.

L’aération pourrait gagner à être encore plus présente, c’est sans doute le point faible de cette R300. Ceci dit, l’écoute en général est tellement qualitative que on ne peux pas vraiment parler de point noir. Ce n’est pas quelque chose de vraiment gênant à l’écoute. J’ai aussi remarqué un léger manque d’extension dans le haut de spectre ce qui les rend moins « ouverte ».

Il leur faudra donc un ampli extrêmement transparent et pas descendant sinon… on risque des les « boucher » ce qui serait dommage tout de même !

Entendre un yulunga sur ces enceintes fait oublier beaucoup de choses.

Et croyez moi, il y en a des biblios qui vont se casser les dents contre les R300.




Pink Floyd – The Wall:

Résultat plus que convaincant car pas frustrant. Encore une fois, le registre grave fait oublier qu’on à affaire à des biblios.

Le seul petit point est encore une fois le manque de largeur et d’aération générale. Attention, ça rayonne plus large que la série Q mais pas encore autant que d’autres marques que j’ai déjà essayé sous ces colonnes. Disons que tout est tellement à sa place et stable que par rapport à mes repères que ça me semble moins… « stéréo ». Du moins dans certains cas !

La voix des enfants et tous les détails sont bel et bien là sans projections ou sifflantes et ce même à très haut niveau.

L’écoute est vraiment très enthousiasmante. Bon dieu, ça faisait bien longtemps que des biblios ne m’avaient pas soufflés comme ça.

Mais qu’est ce que ça va être quand je vais essayer les R700 et R900 alors !!!

Mon Webmaster (coucou Ju) m’a rejoint pour le comparatif et nous sommes tombés exactement sur les même conclusions.

Je ne suis pas fou; c’est déjà ça !

Je les ai bien entendu comparé par rapport à d’autres enceintes… et pas seul !

Notamment aux Q300 et le résultat fait mal pour ces dernières.

La différence entre les deux est vraiment spectaculaire.

Surtout le grave bien évidement qui est nettement plus absent sur les Q. En fait, non, ce n’est pas qu’il est absent mais il ne cogne pas, et il est moins présent du coup la différence auditive est énorme.

Parce que là aussi pour des biblios, les Q300 font tout de même du bon boulot.

Aussi, elles sont plus brouillonne et fade à l’écoute.

Le médium est très nettement moins définis à un point tel qu’on dirait de la soupe à côté des R300.

Et pourtant dans l’absolu pour leur prix, les Q300 sont déjà de très bonnes enceintes mais pour moi, le prix double des R300 est complètement justifié !

Bien entendu la qualité de construction justifie déjà largement cette différence et pour moi ( je le re-précise), le rapport performance/ prix des R300 est meilleur !!!

Le rendement me semble légèrement plus élevé sur les R300 que sur les Q300 ce qui par contre ne veut pas dire pour autant qu’elles soient plus facile à alimenter… du moins correctement.

Une concurrente plus sérieuse à cette R300 est la B&W CM5… et elle à du mal….

Le grave n’a absolument rien à voir, on à bien affaire ici à une bibliothèque.

La spacialisation et l’aération est par contre supérieure, c’est une enceinte qui nous place plus loin de la scène et qui de ce fait est plus immersive.

Le timbre des voix est différent mais difficile de dire qui à raison; je dirais à titre personnel que les KEF sont tout de même plus neutre. Les CM5 peuvent parfois être plus enjoliveuses – ce qui n’est pas mauvais en soit – mais cela dépendra également de vos goûts. En tout ças, ces B&W méritent leur réputation.

Cependant, le rendu est moins plaisant à mon oreilles car on croirait passer d’une (petite) colonne à une bibliothèque.

c’est assez frustrant.

The wall n’a franchement plus la même saveur, beaucoup plus calme et plat. ça ne donne pas envie de taper du pied.

Même sur Dead Can Dance qui est plus spatial et ou les B&W auraient du prendre le devant il n’en est rien.

En vérité, c’est tellement plus plat que je n’arrive pas à m’immerger comme avec les R300.

Pourtant ça foisonne de détails et ça sonne juste. Le grave est présent aussi, mais après les R300…. c’est dur.

Le morceau 7 par ex:  les placements d’effets plus précis sur les CM5 mais ça ne suffit pas tellement les R300 sont oufffff. Les KEF sont aussi un peu plus douces… ce qui au final les rends sans doute un peu plus agréables sur la durée.

Repasser des CM5 aux R300 fait un choc… on à vraiment pas l’impression de comparer deux bibliothèques de même taille !

Et pourtant, elles font parties de la même tranche de prix et de finition.

Pour parler de finition justement, les CM5 sont superbes.

Différentes des R300, certes, mais superbes néanmoins.

J’aurais presque tendance à préférer les CM5 tellement, c’est classe. Les R300 étant sans doute plus classique.

De toute façon, ceci est un avis personnel.




J’avais eu des CM1 il y a quelques années et celles ci m’avaient d’ailleurs beaucoup impressionné.

Mais ici, en noir laqué, avec les contours des haut parleurs et même les visses extrêmement soignées… c’est vraiment très beau.

Katie Melua – Piece by Piece

Sa voix est juste, riche mais reste un peu fluette comme il se doit.

Elle aussi bien présente comme si on était assis assez près et surtout quel matière dans le bas. La musicalité fait un bon énorme par rapport aux Q300.

Vraiment ces enceintes peuvent à mon avis aller vraiment très très loin pour peu qu’on leur donne une bonne électronique !

Il n’y a pas de sentiment de manque de cohérence; tout sort avec naturel et facilité et pourtant on est face à une enceinte à bas rendement.

Sur « Blue shoes », le grave martelle comme si la membrane était beaucoup plus grande.

Et la plage 10 qui est une reprise du groupe « The Cure » est très agréable, complète et musicale.

La voix de Katie est très neutre mais ne manque pas d’une certaine chaleur. ça ne se présentait pas vraiment comme ça sur les Q ou certes c’était tout aussi neutre mais presque sec.

Quel différence, je n’en revient pas encore.

Quand je vois le budget de ces enceintes et la concurrence, je regrette de ne pas avoir de Studio 20 sous la main. Enfin, il faudrait sans doute mieux pour elle car elles auraient eu chaud les malheureuses.

Finalement plus j’écoute ces R300 et plus on les oublie; signe qu’il n’y a pas de défaut particulier qui empêcherait de se laisserait porter par la musique !

Allé, si un peu plus de luminosité dans l’extrême aigu ne m’aurait pas dérangé mais elle perdraient sans doute ce caractère doux mais détaillé qui les caractérise.



BO de Princesse Mononoke:

L’intro révèle qu’on est fasse à une biblio (ah tout de même) car il manque encore de coffre mais bon; rien de bien dramatique.

La plage 7 est très stéréophonique avec un bon placement dans l’espace et surtout beaucoup de choses et de matière dans le bas.

Lorrena Mc Kennith – live in Paris and Toronto

Sans surprise, c’est extrait est royal et encore plus, vu le gabarit des enceintes !

On est placé sans doute un peu plus près que d’habitude mais ce n’est absolument pas gênant. Sur cet album, on sent bien qu’il n’y a pas de résonance de coffret ni de coloration aucune. Comme je l’avais déjà mentionné avant; on est sans doute moins dans une bulle parce que justement on est placé plus près. La qualité de restitution est telle que je ne peux même pas encore appeler ça un défaut.

Lorsque je me rappelle les fabuleuses JBL 1400 Array; il est vrai que la restitution était encore un cran au dessus à tout niveau mais le prix était aussi multiplié par 10 !!!



Vangelis – 1492

Pour une fois, cet album rend superbement bien sur une bibliothèque.

La scène sonore n’est sans doute pas aussi large que les meilleures du genre mais qu’importe… tout le reste est splendide. Surtout le registre grave. Vous allez dire que j’insiste mais il est vraiment renversant tellement on dirait plus une petite colonne qu’une biblio de 40cm de haut !!!

Et encore, pour en trouver du aussi rapide et cognant; il faut déjà se lever tôt.

J’ai placé les « petites » R300 dans la pièce de 15m2 branchée sur un Onkyo 5009 relié lui même en HDMI à un lecteur bluray 809 Onkyo également.

Branchées en mode pur direct, bien chaud et enceinte ayant à peine peine plus de 30h au compteur.

Certes la magie n’est franchement plus la même, ça manque de grave ferme, d’aération, de transparence et de plein d’autre choses mais proportionnellement… Les KEF sont tout de même très largement au dessus des autres bibliothèque qui sont passées dans cette pièce.

Sur le cd de Sade, le grave est spectaculaire et encore une fois, jamais on a l’impression d’avoir une bibliothèque en face de soit.

Qu’il soit présent passe encore mais en plus il descend, il est sec et rapide dans la mesure de ce que l’Onkyo est capable de faire bien entendu. D’ailleurs plus il chauffe et meilleur il est je trouve.

Le grave aurait pu même devenir excessif mais il n’en est rien. Il est à noter que cette pièce malgré sa plus petite taille est nettement moins bonne acoustiquement que celle d’en bas du coup…. le grave même si il est un peu plus présent (moins de volume); il est aussi moins régulier et descend naturellement moins bas.

Les voix sont très affirmées pleines de corps et jamais projetées malgré qu’on soit très proche de la chanteuse.

Saisissant.

J’ai réécouté dans les mêmes conditions les B&W CM5 et c’est nettement moins entrainant. La faute au grave moins présent bien sur mais par un caractère général plus sage et plus policé. Ces enceintes ouvrent un peu plus mais ce n’est à mon gout assez flagrant pour les B &W prennent l’avantage.



Revenons en aux R300.

Même Laurent Voulzi passe bien sur ces enceintes… C’est dire.

Je rigole mais elles donnent du peps à l’écoute.

Le malheur dans tout ça, c’est sont tellement agréable à pousser en volume qu’il ne faudra pas prendre l’amplificateur trop juste parce que comme vous le savez, le grave… Ça consomme de l’énergie.

C’est tellement au dessus des Q300 que l’on a vraiment pas l’impression d’écouter la même marque d’enceinte.

Moi qui n’ai pas beaucoup d’expérience avec Kef, j’avoue que là,  ils ont frappé fort.

Dead Can Dance à moins d’ampleur que dans mon salon mais ici, c’est la pièce en cause car nettement moins large et donc, il y a des réflexions qui se font sur les murs alors qu’en bas… nettement moins !

Par contre, le grave est présent mais globalement moins impressionnant !

Deux raisons: moins de volume et donc d’extension dans le bas et une électronique qui est loin d’exploiter le plein potentiel de l’enceinte.

Cependant, il y a tout de même des passages terrifiants à un point tel que j’ai l’impression que le DD12+ est branché alors que ce n’est pas le cas. Et pire, il n’est absolument pas nécessaire en hifi.

Très honnêtement, ces bibliothèques sont renversantes de qualités et les premiers échos de la gamme R rejoignent mon avis. Ce qui tout de même est plutôt rassurant.

Je suis repassé aux CM5 avec une certaine crainte quand aux performances… et comme je le pensais… j’accroche moins mais la différence est moins grande que dans ma grande pièce.

Les CM5 ne sont pas de mauvaises bibliothèque bien loin de là mais elle manque un peu de corps. Le haut médium est plus définis est c’est agréable mais le médium est un peu plus creusé. Par contre, les B&W rayonnent  plus large et il est un fait indéniable que c’est très plaisant surtout sur ce type de musique.

Les deux enceintes se débrouillent bien, les CM5 revenant plus près des R300 aidé par la pièce plus petite.

Dans tout les cas, les goûts et les couleurs ne se discutent pas mais moi je préfère vivre avec les R300.

Bien évidemment, il ne faut plus rien demander en dessous de 30hz. On n’aura pas des nappes d’infra grave comme un 38cm sait le faire mais il faut replacer les choses dans leur contexte !!

Une chose importante également, il n’est pas nécessaire d’écouter fort pour que le son soit équilibré !

Même le soir dans ma petite pièce, le grave est déjà bien présent et tout est correctement équilibré.

J’ai aussi pris beaucoup de plaisir à réécouter mon Buddha bar premier du nom. Je tiendrais ici, les meilleures bibliothèques qui me soient passées entre les mains ?

Sans aucun doute.

J’ai même poussé le vice à écouter la Bo de Jurrasic park 2 (la plage 10; c’est vous dire).

Je vais même je pense les essayer en configuration HC tellement je sens un potentiel énorme !!!

J’ai laissé l’écoute du dernier album de Cabrel tellement le grave de celui ci est déjà surgonflé d’origine et là… fatalement… impossible de s’imaginer une petite bibliothèque en face de soit !

Mais à côté de ça, l’écoute est finalement assez équilibrée avec sa voix non colorée et très compréhensible. Il y a des passages ou je me surpris à taper du pied guidé par ce grave envoutant et extrêmement lisible !



Conclusion:



un registre grave qui cumule les superlatifs

écoute plein de punch

une finition de haut niveau

musicalité et neutralité

facilité à faire de la musique

un léger manque d’aération

j’aurais aimé un aigu filant un peu plus haut

pour le prix… je cherche encore d’autres défauts ?!?

N'hésitez pas à commenter ce billet

52 Commentaires pour “Test: KEF R300”

  1. Vincent dit :

    J’ai un ampli onkyo pensez vous s’il va y avoir un bon son car je vois surtout des Yamaha et des pioneer avec les Kef.Mon ampli est un onkyo rz810 et je voudrais investir pour du home cinéma à 80% dans une piece de 30 m2.
    Mon choix serait de 2 r300+2r100+1 r200 et un caisson Svs ou Bw asw 610. Merci pour vos reponses

  2. Patrick dit :

    Bonjour,

    A la recherche d’enceintes bibliothèque j’ai lu avec attention ce test qui me semble bien fait (et d’autres) et au vu des superlatifs utilisés j’étais très emballé par ce modèle.
    Comme mon magasin ne proposait pas l’écoute des r300 je me suis rabattu sur l’écoute des r500 mais aussi ls50, une cabasse et une dynaudio biblio entre autres. J’ai commencé par mon CD de jazz cuivres et percutions et là…
    Rien, aucune émotion, le son sortait des enceintes et je cherchais à comparer du moyen au moins bon, pendant 20mns je demandais à passer des types de musiques différentes sur ces 3 ou 4 modèles, j’ai eu l’impression que la cabasse s’en sortait mieux mais rien de transcendant, si je ne connaissais pas au moins mon CD sur mes colonnes JMLAB je me serai posé encore plus de questions. Je suis passé dans le deuxième auditorium et j’ai continué mes écoutes qui ont démarré sur une paire de dynaudio 1.4 LE… grosse claque au bout de 10s, rien à voir, j’ai eu l’impression d’avoir les oreilles débouchées, clarté du son, détails, précision…stop
    L’objet de mon message n’est pas de faire un comparatif entre des enceintes qui ne sont pas aux mêmes prix, ni de dire que ce dernier modèle est ce qui se fait de mieux, ce qui me gêne ce sont les superlatifs utilisés dans ce test. Quand je l’ai lu, j’ai eu l’ impression que l’on était proche d’un son de grande qualité et à moins que les r300 ne soient nettement meilleures que les r500 ce n’est pas le cas. En résumé afin que les lecteurs amateurs intéressés à vous lire comme moi puisse mieux juger de vos écrits on devrait comprendre que les r300 sont à vos oreilles de bonnes enceintes dans cette gamme de prix.
    Et de nouveau si c’était encore utile, ce message au lecteur, écouter avant d’acheter.

    Bien cordialement
    Patrick

Laisser un commentaire