Test: Klipsch RF7 II

DSC_8122

Le test n’est que partiel car je vais en faire un second dans ma grande pièce du bas comparé à quelques autres grosses pointures ! ça permettra de mesurer l’étendue réelle du grave, et surtout une écoute à environ 4 m des enceintes.

Tout d’abord, elles sont véritablement énorme et surtout magnifique. Le placage est comme sur la RC64 II de toute beauté, les HP impressionnants, super bien intégrés dans leur couleur. De plus, le placage est désormais total et ça participe grandement à l’élégance de l’enceinte. Les pieds cuivré comme sur les RF62 II que j’avais essayé récemment font nettement plus joli que ce qui était monté avant sur les RF7 (que ce soit les anciennes ou les classiques).

Sur les couleurs foncées de ma nouvelle petite salle, le placage ressort vraiment bien et je pense (mais c’est très personnel) que c’est la plus belle couleur que j’ai pu voir chez klipsch. A part la finition claire des palladium qui dans certaines conditions rend vraiment bien également. C’est joli certes mais ce n’est pas non plus un placage comme sur des B&W de la série 800 (encore bien loin de là d’ailleurs).

Mais cette fois, elle seront un régal pour les yeux malgré leur taille de mastodonte…

C’est un point à ne pas négliger, ça ne  va pas passer dans tout les intérieurs ! La grille n’est pas magnétique et est d’inspiration palladium puisque qu’elle ne recouvre pas toute l’enceinte mais juste la partie supérieure en laissant le plage en bas découvert.

Spécifications:

Réponse en fréquence: 30Hz-24kHz +/-3dB
Puissance admissible: 250W RMS / 1000W crête
Sensibilité: 101dB @ 2.83V / 1m
Impédance: compatible 8 ohms
hp hautes fréquences: Haut-parleur à compression à membrane en titane de 45 mm
Crossover: 1200Hz
hp basses fréquences: Deux haut-parleurs de graves à cône Cerametallic de 254 mm
Type: Enceinte bass-reflex via deux évents orientés vers l’arrière
Hauteur: 1233 mm (avec pieds)
Largeur: 295 mm
Profondeur: 415 mm
Poids: 39,5 kg
Finition: Cherry ou noir
Construit depuis: 2010

j’avais commencé par brancher mon serveur Olive, le préampli émotiva et le Pass X150.5 et là surprise…. j’ai vraiment eu l’impression que les enceintes “réclamaient” une bien meilleur électronique !

C’était en fait trop mat mais on sentait un fameux potentiel à l’enceinte à un point tel que madame qui n’est pas hyper fan de klipsch est venue les écouter et à été très agréablement surprise d’écouter des klipsch si douces et finalement si équilibrée !!! Je savais dès lors que ces RF7 II étaient déjà quelque part une réussite !

J’ai alors décidé l’artillerie lourde à savoir UGS & DP500. Enfin, il existe bien plus lourds mais je n’en ai pas les moyens ! Avant de commencer les festivités, démontage en règle et… surprise !!!

Les aimants de woofer sont beaucoup plus petits que les anciens ! Ceci s’explique par le fait que les anciens étaient blindés pour être placé sans danger à côté de tube cathodique ! Comme quasiment plus personne n’a ça maintenant… ils ont retiré le pot de blindage avec le contre-aimant. ça explique facilement pour quoi cette nouvelle RF7 II est plus légère que l’ancienne.

Voici le woofer à côté de celui d’une RC64:

La caisse est par contre plus rigide avec notamment un grand renfort intermédiaire. Le filtre fait, vu de l’extérieur, très enceinte de « supermarché » et une fois démonté, on à ceci:

sur deux niveaux avec une plaque pour le tweeter et une autre pour les woofers. Ils ont toujours utilisé des composants d’aussi mauvaises qualités. ça fera la joie de certains qui remplaceront tout ça mais pour celui qui les achète sans vouloir y toucher…

ça n’empêche pas une enceinte de bien sonner mais ça la bride considérablement en transparence je trouve.

Le pavillon sonne mat en le tapotant… plus que d’habitude en tout cas et l’aimant est de très grosse taille.


Tests en écoute & comparatifs

Vangelis -1492:

Ce n’est pas la spécialité des klipsch en général parce que ce sont des enceintes trop directives et du coup, on ne se sent pas dans une bulle comme ça devrait l’être. ça ne déroge pas à la règle ici avec toute cette musique qui sort véritablement des enceintes et pas plus large. Aussi un autre problème de ces enceintes à compression… tout est sur le même plan.

ça fouasonne de détails, le grave est dynamique à souhait mais peut être pas encore assez propre à mon goûts. Chose très étonnante, le médium est  super bien intégré mais on sent qu’il est reproduit par les woofers et la compression. La fusion à du mal à se faire mais je ne suis qu’a 3m du bord supérieur des enceintes; ceci peut expliquer cela. il faudrait bien prévoir 5m à mon avis pour que ça devienne plus une source ponctuelle (et encore). La compression donne même l’impression de ne pas pousser assez, ce qui est dingue quand on connait le passif des RF7.

Je dénote une petite pointe (qui est peut être du à ma pièce) de résonance dans le haut grave, ceci dit, quelle amélioration par rapport aux RF62 II ou ça (en comparaison pas dans l’ absolu) gueule de partout. Ici, c’est super bien maitrisé. Il y a même des moments ou on oublie qu’on écoute une enceinte à très haut rendement tant parfois, je la trouve presque sage !

Elle pourra se satisfaire sans aucun problème d’un emotiva XPA-2 même si celui ci à un caractère légèrement montant. Après, il faut voir avec le reste de l’électronique et surtout la pièce qui à elle seule donnera 50% du résultat si ce n’est pas plus !

Pour en revenir à 1492, je ne vibre décidément pas mais je sais que ce n’est pas son domaine de prédilection.

Après remplacement pour les essais par des Studio 100, et bien je préfère leur rendu plus mélodieux et diffus mais on est tout de même assez loin de la magie que j’obtient avec les 801d. Comme quoi, malgré l’importance de la pièce; l’enceinte est aussi TRES importante. Le grave même si moins présent vient se déposer plus doucement, de façon plus subtile.

C’est mieux intégré finalement.

Bande originale -Princess mononoke:

Plage 1:

Purée, quelle cogne ! Il y a du niveau, c’est certain… mais le grave ne me parait pas descendre de façon abyssale…. par ailleurs, je suis certains qu’ une grosse membrane ferait mieux que ces 4 gamelles qui ne font pas un front d’onde unis. C’est de toute façon le problème de toute les enceintes qui n’ont pas un haut parleur unique pour le grave.

Sur les Studio 100: Ouf ça pousse sacrément aussi sans cogner autant et là, c’est sur… ça descend plus bas.

Plage 5:

Plein de détails mais j’aurais imaginé qu’il y en aurait plus. Comme sur 1492, je n’ai pas cet effet bulle. ça manque de transparence et de profondeur. C’est dommage et je sens que sur les autres extraits… ça risque de devenir récurent.

Par rapport au studio 100, le gain de rendement est conséquent (presque 8db en pratique) mais pas encore si énorme que ce que j’aurais imaginé. En vérité, on peut pousser tellement fort le volume sans véritablement se sentir agressé que ça amenuise la sensation !

Sur les Studio 100, l’effet bulle est revenu et pas qu’un peu d’ailleurs mais l’établissement des sons manques de mordant, de franchise… de ce côté, c’est le caractère haut rendement

Plage 7:

Très agréable mais là aussi…. presque trop sage pour ces enceintes à hyper haut rendement ! Dingue ça, les diablesses de RF7 ont été domptées !!!

Sur les studio 100, la dynamique est plus tassée mais… les instruments “sonnent” plus réalistes et plus large.

Plage 21:

Qu’on entend souvent dans pékin express pour la petite histoire … Evidemment ça cale direct avec une impression de puissance sans limite. Mais tout est un peu trop confus à mon sens. Je perçois le potentiel de l’enceinte mais je le sens retenu; c’est bizarre. Je pense qu’ un travail sur le filtre en remplaçant condensateurs/ selfs notamment pourrait améliorer la transparence de l’ensemble !

Les Studio 100 ne se sentent plus… ça pousse sacrément pour des enceintes à bas rendement (enfin 93db tout de même). Les claquements et détails sont beaucoup plus réalistes que sur les RF7 II. Curieux car ça devrait être une force du haut rendement et pourtant non… comme quoi les Studio 100 défendent encore chèrement leur peau face à ces grandes colonnes de chez klipsch.

ça ne sera pas toujours le cas.

Katie melua – Piece by Piece:

Plage 3:

La douceur de la voix est bien retranscrite et il n’y a absolument pas de sifflante. On peut pousser le volume assez fort sans crispation. Je note encore une fois que tout sort des enceintes et j’ai du mal à me fabriquer une image sonore en 3D.

Le sweet spot est assez marqué mais moins que sur les RF62 II par contre.

Sur les Studio 100: Même si Katie est plus réaliste dans le timbre de sa voix, le morceau parait bien fade et ça ne sort pas assez des enceintes. dur dur de passer après les RF7 II.

Moins de sweet spot bien évidemment.

J’ai ensuite effectué quelques aller retour entre les deux enceintes et le manque de réalisme de la voix de Katie ressort alors comme une évidence après la Studio 100. C’est bien le seul avantage qu’il leur reste ici.

Plage 7:

La voix ne sonne pas du tout “canard” comme ça peut l’être avec certaines klipsch et la coloration de l’ensemble est bien maitrisé. Enfin moins pour le grave, tout simplement parce que la caisse n’est pas assez rigide, épaisse et que c’est un parallélépipède ce qui n’est qui n’est pas idéal pour lutter contre les ondes stationnaires. Un bon bitumage de la caisse est je pense nécessaire. J’en connais qui vont s’amuser.

Studio 100: Le grave est bien rapide et maitrisé mais… c’est moins vivant et enjoué que sur les klipsch. je ne vais pas dire lassant (n’exagérons pas tout de même) mais sage.

c’est par contre globalement plus transparent.

Plage 8:

Dynamique à souhait, grave pas baveux. Mais Katie ne se détache pas assez et du coup… le résultat sonne un peu brouillon.

Je l’attendais au tournant sur les Studio 100 et c’est moins confus globalement même si ce n’est pas encore parfait.

Je devient difficile je pense …

Plage 10:

Quelle puissance, c’est une enceinte qui en impose assurément ! Le rendement de la partie grave est particulièrement poussé sur ce modèle. En comparaison immédiate avec une RF62 II… et bien c’est surprenant parce que le grave est tout de même bien là sur la petite , mais par contre le médium aigu “chuinte” plus. C’est bien la même famille d’enceinte.mais la RF7 II est cependant moins montante. La différence de rendement est d’environ 3db par rapport aux RF62 II.

La RF62 II ne se laisse absolument pas démonter du tout. On ne l’aurait pas cru quand on voit le gabarit tellement différent des deux enceintes. La “petite” RF62 sort un niveau de grave absolument incroyable pour sa taille.

Maintenant, ces enceintes placées dans une surface de plus de 50m2… ne se comporteront plus de la même façon. La RF7 II paraîtrait du coup bien plus équilibrée que la RF62 II qui deviendra maigre. J’en aurai le coeur net un peu tard.

Bon revenons en aux RF7 II : Elles sont plus transparentes (même si ce n’est pas encore assez) et surtout finalement plus équilibrée d’un bout à l’autre. Plus de détails ressortent alors que son équilibre est meilleur.

Studio 100:  la voix est plus “pleine” que sur la klipsch mais c’est un peu la cohue par rapport à ce que je me souviens des RF7 II

après un retour au klipsch… c’est vainqueur par KO pour les RF7 II qui je m’en doutais sont meilleure sur tout sauf la voix de katie qui devrait encore gagner en corps pour être parfaite !

Plage 11:

Ce n’est pas vilain mais on est assez loin de ce que j’avais obtenu avec les studios 100 en terme de présence. Ici, je ne vis pas assez. Tout sort du même plan et ça commence à devenir agaçant car je suis persuadé qu’il y a moyen d’arranger ça.

Les Studio 100 sont il est vrai plus réaliste car il n’y a pas trop d’instruments avec Katie. Dans le cas contraire, comme par ex la plage 10, c’est la RF7 II qui reprend le dessus.

Dire straits (album compilationen HDCD):

Plage 6

C’est très vivant et on les sens dans leur éléments. La guitare est moins piquante par rapport aux RF62 II, preuve que c’est ici mieux maitrisé. mais par rapport à d’autres enceintes… C’est tout de même plus rentre dedans; ce qui empêche tout de même de pousser le volume au delà du raisonnable. Je note malgré tout un manque de réalisme; encore une fois;,c’est assez brut de décoffrage.

Bien sur, c’est un style d’écoute qui peut plaire mais moi, ça ne me fait pas assez vibrer.

Je suis passé à la plage 4 et le constat est le même. c’est très bien mais pas encore assez….

Comparatif Studio 100: Le rendu est plus typé hifi, c’est en fait mais je préfère. Les guitares sont moins dynamique mais plus réelles. c’est curieux dit comme ça mais pourtant ! Il y a plus d’air autour de la scène sonore.

Les RF7 II sonnent plus live mais il manque quelquechose. A leur avantage, on peut écouter plus fort avec elles. Elles sont globalement plus agréables à écouter à fort niveau que les Studio 100.

Rene Aubry – mémoire du futur:

Plage 2:

Ca en impose mais.. ça manque de magie. Je ne suis plus transporté que ça, pourtant tout est en place. Bizarre

plage 4:

Ce morceau à un rendu très typé haut rendement car on entend beaucoup de chose et ça sort avec énormément de facilité.

Plage 7:

Mmm, ça c’est pas mauvais du tout mais ça manque d’aération en fait. Oui c’est ça. C’est difficile à décrire mais tout les sons sont collés aux autres et c’est ça qui m’empêche d’avoir cette sensation de trois dimensions… vous savez, celle qui colle des frissons. En HC, cette enceinte doit par contre être sacrément démoniaque. J’y viendrai plus tard lors du test de la RC64 II.

En règle général, le rendu est plus aérien sur les studios 100 mais par moment la douceur des RF7 me manque… le médium peut devenir fatiguant car plus mis en avant  alors que ce n’est jamais le cas sur la klipsch !


Francis cabrel – Des roses & des orties:

Plage 3:

C’est très vivant et la voix de francis est pleine mais encore un peu discrète.
Le manque d’aération est ici assez flagrant.

plage 8:

Oullala, ça change du rendu de mon autoradio là ! ça arrache enfin façon de parler parce que ce n’est pas agressif… ou alors il faut pousser considérablement (ce que j’ai fait un peu j’avoue)

Les RF7 II font comprendre ce que haut rendement et dynamisme veut dire. l’aiguille de mon Pass ne décolle pas mais elle vivre légèrement ce qui veut dire que je suis à la limite de l’utilisation de la classe A. Elles consomment donc pas mal malgré leur rendement.

Studio 100 : Je préfère nettement le rendu des RF7 II parce que ici, le bas médium résonne et ça me vrille l’oreille. de plus, ça sonne trop brouhaha.

plage 13:

A fort volume, on entend assez bien cette pointe dans le bas médium. Ca gâche un peu l’écoute mais ma pièce peut être mise en cause surtout quand des enceintes pareilles excitent les résonances assez facilement. Ce qui est bizarre, c’est que ces enceintes demandent à être écoutée fort. ça leur plait véritablement tant elles poussent. Le son est malgré tout très équilibré à bas niveau mais on à vraiment envie de tourner le volume.

Ici, aussi, je préfère le rendu des RF7 par rapport aux studio 100 ! Francis se plait plus sur les klipsch même si ce n’est pas exempt de défaut.


Hooverphonic acoustique:

j’aime bien terminer avec ce cd parce que c’est un de mes préférés.

Plage 2:

toute la partie du bas du spectre est super présente mais le haut est trop effacé. On perd du coup en ambiance, en détails.

Plage 4:

Le grave est d’une puissance phénoménale… à en lézarder les murs et le pire c’est que les 25 cm ne bougent presque pas… ça donne une idée sur la réserve de ces enceintes !

Studio 100 : c’est moins puissant mais ça descend par contre plus bas. Le rendu est globalement plus agréable ici. Déjà parce que la voix de la chanteuse ressort bien et que l’on entend bien les petits détails du morceau.

Plage 5:

Ici aussi, la voix ne sort pas assez, coincée quelque part dans le pavillon ?!? Par contre, elle est moins colorée que ce que j’ai l’habitude chez klipsch. Finalement, je suis victime des éléments haut de gamme que j’ai parfois l’habitude d’écouter du coup; il m’est parfois difficile d’être tolérant. Certains me l’ont reproché et j’en suis conscient mais c’est difficile de se défaire de ça.

Plage 7:

voilà l’exemple frappant de ce que je veux mettre en évidence; il est flagrant sur ce morceau. Le rendu manque parfois de réalisme comme celui qu’on ressentir lors d’une excellente enceinte à bas rendement alimentée correctement. Ici à fort niveau, ça peut devenir un peu… sec. Mais vraiment, on ne peut pas appeler ça un défaut tant le niveau sonore est déraisonnable. Je pousse le niveau pour augmenter la sensation d’immersion mais rien n’y fais hélas.

Sur les studio 100, c’est un peu plus sage mais… les instruments sonnent terriblement vrai et ça donne envie d’écouter le morceau dans son entièreté. Attention par contre que le médium peut être un peu “limite” de par sa présence exagérée.


Cd B&W n°1:

Plage 1& plage 5:

Pas vilain du tout non plus et surtout très vivant. toujours ce petit voile qui empêche au spectacle d’être total. Les Studio paraissent bien fade à côté de ce ça même si l’air est revenu autour de la musique.

Les Studio 100 excitent bien plus les résonances de la pièce, mais l’évent frontal peut en être la cause.

Plage 7:

Le piano n’est franchement pas vilain mais un peu anémié de quelque chose ce qui le rend un peu artificiel.

Sur les studio 100, il est bien plus naturel effectivement mais les attaques sont parfois un peu “dures”. Assez curieusement, les Paradigm paraissent par moment “acides”

Plage 13:

Agréable sans problème majeure à part que je vis ça de très loin, ça ne me donne pas envie d’écouter le morceau en entier et de le (re)découvrir. Le classique n’est pas ce qui leur convient le mieux

Passons aux Studio 100 pour voir tient… Sans surprise… c’est plus musical même si ça supporte moins facilement une écoute à niveau plus fort. Il y a une aération et un réalisme (du à la profondeur et à l’étagement des plans) qui fait que en fermant les yeux, on se projete facilement dans le morceau. Avec les RF7 II c’est plus difficile pour moi.

Plage 14:

Ahahhhh, de l’orgue ! Mmm, le grave est fatalement démentiel même si il ne descend pas dans les tréfonds de l’infra grave. Par contre, c’est trop projeté et mono-plan.

Sur les Studio 100, les réverbérations de salle sont mieux rendues mais il ne faut pas pousser trop fort sinon… des duretés apparaissent. Ce n’est pas un phénomène anormal sur ce genre de musique mais… ça prouve que la RF7 II est prévue pour des écoutes de niveau bien plus élevés.

Plage 15:

Percussions !!! Vu le niveau, mon X150.5 dépasse largement la moitié sur quasi toutes les percussions et les RF7 II rigolent… c’est dingue on dirait que c’est une promenade de santé. En plus, ce n’est jamais agressif. Ca cogne fort oui mais pas de clignement des yeux.

Pour les Studio 100, sur cet extrait, j’ai du pousser de 6 db pour obtenir le même rendement et encore, c’est moins impressionnant.

Les percussions sont décidément le dada des RF7 II.

Plage 16:

Ca elles aiment et le font bien sentir ! Ca pousse de partout et on se croirait à la répétition d’un groupe dans ma pièce.

Les Studio 100 sont nettement plus sage dans leur rendu surtout parce que à haut niveau, le grave se tasse un peu alors que avec les RF7; ce n’est absolument pas le cas !


Noa – Best of:

Le rendu suave de la voix de Noa n’est pas mal mais il faut bien avouer qu’ il y a surement un gros travail à faire sur le filtrage de l’enceinte. On sent un manque de transparence ce qui se traduit par un léger voile omniprésent. C’est frustrant car le potentiel est là; il y a plein de bonne chose mais il y a toujours quelques petits trucs qu’on aurait envie d’améliorer.

Dead Can Dance – Wake:

Un album que je n’avais plus écouté depuis longtemps et que j’ai redécouvert avec d’autres enceintes que je vous présenterai un peu plus tard. Sur les RF7 II, c’est toujours un peu directif et ça casse le voyage qui doit véritablement nous transporter dans un autre monde. Là je suis tout de même très critique car il n’y a pour le prix pas grand chose à véritablement leur reprocher. C’est la nature même des enceintes qui fait qu’on aime le rendu ou pas. Je les aime sur plein de chose mais il y en à sur lesquelles ça ne passe pas du tout à mes oreilles.

The host of seraphim:

Grave monstrueux mais un peu trop présent et qui du coup dégoule un peu sur le reste. ça descend vraiment très bas mais j’ai descend entendu plus de nuance de ce registre sur d’autres enceintes. Pour être critique, je rajouterais que la directivité mei gêne un peu.

Severance:

Un peu le même que sur l’autre plage mais la directivité est moins gênante. Belle performance tout de même.

Skellig et Marco Polo:

Le rendu global est vraiment pas mal mais il y a un manque de transparence et de micro détail (ambiance du concert) Je suis certain que le filtre est ici le gros facteur limitatif et que en modifiant profondément celui ci (ou en remplaçant les éléments par des meilleurs)… on obtiendrait un résultat bien plus satisfaisant ! Par ailleurs, les enceintes ne rayonnent pas très large et ça s’entend puisque à de très rares exceptions dans Skellig; on entend les instruments au delà des enceintes. Le grave de l’introduction de Marco Polo est très impressionnant mais il ne pousse pas d’un coup comme un 30 ou un 38cm.

Qu’attend klipsch pour re-sortir de grosses colonnes équipées de pareilles pièces ! ah si, il y a la cornwall…

Pink Floyd – The wall

Ah, elles aiment ça mais parfois en font un peu trop et je me suis senti obligé de diminuer le volume !Rendu très live et un grave bien maitrisé. J’ai juste noté par moment un côté plastique du rendu du pavillon ! C’est la première fois que je le ressent si fort. Par rapport aux anciennes, il y a un gros progrès par contre.

Hors Sujet ! ?

Pour rigoler, j’ai branché mon lecteur bluray en HDMI sur mon Onkyo 808 et…. bien je suis surpris car c’est loin d’être ridicule. Il y a moins de naturel de détails mais c’est tout de même très acceptable. et en stéréo, il arrive à “pousser” les RF7 II même si les impacts sont moins francs. très bonne solution d’attente pour ceux équipé d’un intégré HC. Après, je ne dis pas que quand il faudra alimenter toute l’artillerie de centrale et arrières… ça ira mais bon.


Conclusion:

Enceinte équilibrée sans tendance à la projection
Finition en net progrès
Rendement très au delà de la moyenne
Très bonne partie grave mais attention au placement (events arrières)
Bon rapport qualité/ prix/ performance

Manque de transparence et donc parfois de réalisme
Dimension hors norme
Nécessite une électronique tenant bien le grave

N'hésitez pas à commenter ce billet

51 Commentaires pour “Test: Klipsch RF7 II”

  1. dref67 dit :

    Bonjour,

    Ce test des RF7 MKII est-t-il réalisé avant, pendant ou après rodage et si oui combien de temps après ?

    Que penser de leur association avec un ampli de puissance PARASOUND A21 svp ?

    Merci

Laisser un commentaire