Test: Paradigm S6 v3

S6-15

La paradigm Signature S6 est une colonne de dimension déjà conséquente; 111cm ça devient grand.
Elle comprend deux woofers de grave de 178 mm, un médium  à débattement court et un tweeter béryllium.
Le tweeter de 25mm est un élément sur lesquels Paradigm insiste beaucoup.
Il est refroidis par ferro-fluide, avec une chambre de résonance et aimant néodynium.


Seule la gamme Signature et les 30° anniversaire y ont droit. Il est filtré à 18dB/ oct à la fréquence de 2000Hz.
Le médium à un diamètre de de 178mm avec une ogive à la place de cache bobine; il comprend lui aussi une chambre de résonance arrière et un aimants néodyme.
Comme Paradigm ne précise pas son filtrage, je suppose que celui ci est passe bande de 200hz environ à 2000Hz ou le tweeter prendra le relais.

Voici les Belles:

S6-16

S6-17S6-18

Pour le grave, les deux woofers de 178mm sont montés en // , ont une bobine de 38mm et filtré pour s’occuper de ce qui se passe en dessous de 190hz (à 12db/ oct). L’accord de l’évent se situe autour de 26hz ce qui est très bas pour une colonne de gabarit.
La sensibilité est bonne puisqu’on se situe autour de 91 db/w/m
Elle existe dans deux coloris, une par défaut: Cherry (la même que celle du SUB1 que je vous avait récemment présenté) et une autre disponible en option en supplément de 8%: Noir laqué.
C’est cette version que j’ai reçue et la finition est vraiment de toute beauté.
Évidemment, c’est fragile et salissant (comme tout ce qui est noir laqué) mais il n’y a pas dire; visuellement ça le fait !
Précédemment, une autre couleur était présentée, un érable clair, mais je suppose qu’il n’y avait pas beaucoup de demande et elle n’est donc plus proposée. Dommage car personnellement, je trouvait ça magnifique.
Le coffret est semblable à celui de la série Studio à savoir tout en courbe et monté sur pied spécifique. Le noir laqué met bien en évidence les « courbes » de l’enceinte.

La seule chose que je trouve un peu dommage est que les pieds sont les mêmes que la série Studio. Ils auraient pu mettre qqch de différent tant qu’à faire. Elle est assez lourde et massive mais 32 Kg, ça va encore ! On sait la déplacer seul.

S6-1S6-6

A l’écoute, qu’est ce que ça donne ?

Dead can Dance – Wake:
Cet album compilation est un  grand classique pour moi et la qualité et la quantité de grave m’a surpris surtout au vu de la taille de la colonne.
De titre en titre, la qualité la plus évidente me parait être le naturel de la restitution !
J’ai déjà connu des enceintes qui avait un effet tridimensionnel plus poussé (JBL Array 1400 par ex) mais l’équilibre obtenu ici est vraiment plaisant.
Ce sont des enceintes qui ne placent pas au premiers rang; loin d’une écoute monitor donc mais ce n’est absolument pas frustrant.

L’aigu file de magnifique manière. C’est très comparable à ce que j’ai sur mes 801d. Je dirais même que c’est un peu plus soyeux et donc moins dérangeant à haut niveau.
L’ensemble tweeter diamant- médium kevlar des B&W me paraissant plus « piquant ». Au début, j’ai pensé les S6 plus neutre mais en fait, elles ont une petite coquetterie dans le haut médium qui peut dans certains cas (à fort volume) les rendre tout aussi piquante que les B&W. ça rend l’écoute plus lumineuse à bas volume par contre.
L’idéal aurait été d’aplatir cette petite remontée et aussi de remonter le niveau du tweeter car celui ci est tellement bon qu’on vient presque à en regretter qu’il soit si discret. Je vous déconseille  franchement une électronique trop douce ou trop feutrée qui vous fera perdre la magnificence  de ce tweeter.

S6-13

S6-5S6-14

L’ album du Grand bleu est très plaisant à écouter sur les S6 même si on sent un mixage qui commence à dater.
Enfin, il y a encore de beau reste sur cet album. La spécialisation et la douceur mêlé à la précision (merci le tweeter béryllium) élève l’expérience sonore à un assez haut niveau.
Les titres « Remember a heart beat » et surtout pour son grave démentiel « Cruise of the dolphin tribe » me fait tout  de suite sentir que les S6 ne rigolent pas quand à leur musicalité et leur descente sur la première octave.

Rene Aubry – mémoire du futur est un  album plus récent donne le ton. ça regorge de grave et d’effets en tout genre en plus de voix qui font frissonner.
Surtout la plage 13 qui est assez spectaculaire car ça déborde de partout. La scène sonore dépasse largement l’espacement des enceintes et la stabilité des différents plans aide à s’immerger complètement dans la musique.
J’insiste aussi sur la qualité des timbres qui ne se fait pas au détriment de la neutralité.
Par rapport à une studio 100 par ex, la partie médium aigu est moins « raide », plus fluide, plus raffinée.
Le grave est est peut être moins présent physiquement sur les impact (et encore) mais il descend plus bas et il me parait plus libéré alors que sur les studio 100; l’extrême sécheresse de celui ci se faisait au prix d’un petit manque de niveau au regard du nombre de HP embarqué.

S6-10S6-9

Sur St germain, les S6 assurent bien avec cet album électro. Même l’écoute à (très) bon niveau n’est pas crispante et pourtant tous les détails sont là de même que l’air autour des instruments.
Cette Paradigm S6 est vraiment une bonne surprise. Très à son aise dans beaucoup de genre et même dans celui ci. Même si c’est vrai que il y à plus « rentre dedans »; plus explosive notamment. Il faudra laisser sa grande soeur la S8 pour ce genre de job !

J’ai fait quelques écoutes sur Bass Mekanic pour sentir le degré de descente sur la première octave de cette enceinte et la tenue en puissance et…elle assure la « petite ».

Elles arrivent même à rendre les morceaux vraiment chouettes à écouter de part leurs qualités de timbres, et des nombreux détails qui foisonnent à l’écoute.
Il ne faut rien attendre en dessous de 25Hz mais elles y descendent avec beaucoup de conviction. Il faut dire que en plus, je les avaient largement isolées des murs latéraux et arrières (plus d’1m 50) pour justement la laisser faire sans trop d’aide ni « room gain » important.
Le niveau qu’elles peuvent donner avec encore relativement beaucoup de facilité est assez étonnant . Ceci dit, il ne faut pas s’attendre à un grave aussi nuancé qu’un Sub 1 ou aussi explosif qu’un JL Audio F113.
On est, et on reste sur colonne.

« Le vent nous portera »de Noir Désir ne me donne pas le sentiment qu’ elles soient si neutre que ça comme je l’avait déjà exprimé plus haut. Il me semble qu’il y a une petite montée  dans le médium, je l’avait déjà repéré sur Dead Can Dance. Oh pas grand chose bien entendu. Par ailleurs, une Kef donne beaucoup plus de médium alors que ici la voix est un peu creusée.
Il y a toujours beaucoup d’aération mais le rendu n’est pas aussi magique que on pourrait l’espérer.

La neutralité est souvent un but que beaucoup recherché hors ça rend l’écoute assez ennuyante donc, c’est à nuancer.

S6-2S6-4

La scène stéréo est tout de même très convaincante de même que le niveau de grave.

Je ne vous mentirai pas et il est vrai que la « boule » médium des B&W apporte un surcroît non négligeable d’aération et de plénitude.
Par contre, comme je m’en doutais le rendu du tweeter est fort semblable mais le B&W pousse un peu plus fort. Il est plus cristallin mais aussi moins soyeux.

Certains morceaux ont un rendu qui honore les S6 face aux Bowers & Wilkins et d’autres ou la différence est tout de même assez marquante mais avec un différentiel de prix de 2,5… comment pourrait il en être autrement !

Sur la Bande Originale du génial Princess Mononoke le grave descend bas et frappe bien sur le morceau d’introduction mais on sent ici que la physique reprend ses droits !
La surface émissive des deux 18cm n’est pas suffisante pour que ça transperce ou prenne aux tripes.
La plage 7 est par contre d’un tout autre niveau; les petits effets, le placement, la sensation d’espace est bel et bien là !
Une bande son qui nous ferait oublier qu’on est que en stéréo finalement. C’est assez saisissant  l’espace et la sensation de liberté qui est presque palpable.

Je suis passé ensuite sur un album Live de Loorenah mac kennit ( Paris & Toronto)

Les S6 respectent à merveille la prise de son aérienne  et dès le début de la plage 3, c’est vraiment beau. L’écoute peut se faire à volume relativement fort sans que ça soit gênant ou que des sifflantes n’apparaissaient. Et pourtant tout les détails sont là notamment le soyeux des cordes. Par rapport à l’ancienne S6 qui ne m’avait pas fait forte impression… on se retrouve ici face à un tout autre produit !
En vérité, je regrette même que le niveau du tweeter ne soit pas plus élevé tant celui ci délivre un superbe message.
L’écoute dans l’axe augmente fortement la présence de l’enceinte et je vous conseille dans tous les cas de toujours procéder par essai de manière à trouver la bonne position/ angle pour vos enceintes.

L’album est un régal à écouter d’un bout à l’autre. Le titre 6 est d’ailleurs envoutant avec une aération et un réalisme des instruments qui ne trompent pas sur la qualité de ces enceintes. ça sonne vrai et naturel.
On rentre immédiatement dans le concert.

La plage « the gates of Istanbul », tiré de l’album « ancient muse » toujours de Loorenah mac kennit à un grave absolument monstrueux et envoutant et mêlé à la musique un peu spéciale il faut le dire, c’est un régal.
Le titre « Kecharitomene » fait très bande son, on se croirait plongé dans le seigneur des anneaux. Comme sur l’album de la Bo de Mononoke, nul besoin de 5 canaux pour être complètement immergé dans la musique.

S6-3S6-11

Voulant voir ce que donnerait des colonnes de cette qualité dans une pièce plus compliquée car plus petite; je les ai montée dans ma petite salle et là surprise… ça marche formidablement bien !
Alors, j’ai par contre du les écarter plus des murs que mes LS50 habituelles car elles excitent plus les résonances de la pièce. De plus comme elles rayonnent assez large, même en les écartant moins que d’habitude, je n’ai absolument pas perdus de scène stéréophonique; bien au contraire.

Le rendu est très naturel, vraiment agréable à écouter surtout le titre « ha Tutte le carte in regola » tiré de l’album mémoire du Futur de René Aubry. C’est fluide, ça coule et les enceintes s’intègrent à merveille dans cette pièce qui en principe est trop petite pour elles.
L’avantage de l’évent situé ici à l’avant est qu’elles sont moins difficiles à placer et positionner. Bien sur je les ai presque dégagées de 80cm du mur arrière mais avec un évent situé à l’arrière; ça aurait été bien plus compliqué.

Le terme naturel me vient souvent à l’esprit quand j’écoute de la musique avec ces S6 parce que c’est subtil, fin et jamais agressif (sauf à très très haut volume) ou rentre dedans. Enfin ça peut l’être suivant ce que vous écoutez mais Dead Can Dance est très aérien avec des nappes de graves qui se répandent de façon délicate mais aussi avec une profondeur qui change de l’écoute de bibliothèques.
En cela elle est assez différente d’une Studio 100 qui est beaucoup plus brute et piquante à l’écoute. Plus fraiche également alors que ici, on ne sent pas pas agressé.

S6-8

 
Au final, que retenir de ces enceintes ?

Musicale; c’est un fait avec un grave bien intégré et qui descend vraiment bas. une partie médium aigu d’une grande beauté (particulièrement, le travail réalisé par le Tweeter béryllium).
Elle n’est certes pas parfaire avec un caractère assez sage qui demandera une électronique vive, dynamique et puissante si possible ce qui rendra le grave d’autant plus impressionnant surtout rapporté à la taille des enceintes.
Elles ont un prix,7500€, ce qui la met en concurrence avec des B&W 804di (que je ne connais pas) mais j’ai de gros doute sur la fluidité de cette dernière face à la S6.
Pour avoir entendu récemment la 802di, je dois dire que l’évolution esthétique sonore que la marque à pris ne me plait pas trop. En tout cas, c’était très très éloigné de ce que j’ai avec mes 801d. Je doute dès lors que des 804di soit un miracle. Mais bon, comme je le précise… je doute. Si qqun dans l’assemblée à des B&W di, je serais ravi de les écouter:)

Même quitte à prendre certaines choses sous le bras !
Les Paradigm sont assez méconnues en Europe et c’est vraiment un tord parce que leurs qualités sont indéniables. Je continuerai dès lors à les défendre du moins, les modèles qui en valent vraiment la peine.
Visuellement, je trouve l’avant un peu surchargé dans le sens ou une intégration derrière le coffret des Hp serait tout de même plus jolie.

Mais c’est une affaire de goûts.

Conclusion:

ok Musicalité indéniable
ok qualité et extension du grave
ok spacialisation
ok rendu et soyeux du tweeter béryllium

pasok petite coquetterie dans le haut médium qui pourra se compenser par le reste de l’installation
pasok prix élevé (mais justifié )
pasok méconnues ce qui ne joue pas en leur faveur

N'hésitez pas à commenter ce billet

13 Commentaires pour “Test: Paradigm S6 v3”

  1. David dit :

    Super, merci à vous pour ce test!

    Je regrette une chose (comme sur les autres tests), le manque d’une partie théorique. Quelques courbes (réponse en fréquence par exemple) en fin de test, afin de concrétiser ton ressenti serait vraiment top.
    Cependant, je sais que ce n’est pas forcément évident à réaliser chez soi.

    Je vous souhaite de pouvoir tester l’ensemble 5.1/7.1 (avec surround dipolaire béryllium, C5, SUB1…), ça doit être dantesque! 8D

    Cordialement.

  2. ashram dit :

    je viens de m’équiper d’appareil de mesure (le temps de m’y habituer) pour donner quelque chose d’un peu plus imagé mais… c’est à prendre avec des pincettes puisque je ne ferai que montrer que le couple enceinte/ local qui est différent chez chacun !
    Bien souvent, je rencontre des gens qui ont du matériel du tonnerre mais terriblement mal mis en oeuvre.
    C’est pour ça que je ne suis pas fan des courbes de fréquence et autres que l’ont peut montrer si celle ci ne sont pas opérées en chambre sourde avec une méthodologie extrêmement rigoureuse. Presque un labo en fait.
    Le prix d’une config full Signature étant trop chère; je ne saurais malheureusement m’équiper pour test :/

  3. Raphaël dit :

    Bonjour superbe reportage mais il manque juste une photo avec le cache en place.

  4. David dit :

    Super initiative Ashram. J’ai hâte d’avoir tes mesures sur ces S6 et autres références du genre. D’ailleurs, je verrais bien un petit S6v3 vs S6v2.

    Je pense qu’au-delà d’une certaine fréquence (je dirais, au-dessus de 80hz-100hz, intuitivement mais sans certitude), l’effet de la pièce à peu d’effet pour le peu que l’on conserve une distance inférieure au mètre entre « le micro et les HPs »; et que l’on décolle les enceintes des murs d’une bonne distance. Au-delà de 100hz, de part la longueur d’onde plus courte, les fréquences seront plus directives et donc plus facile à contrôler.

    La plus grosse problématique est assurément au niveau du grave qui sera effectivement complètement dépendant de la pièce. Mais sur le reste du spectre, en préparant bien la mesure, (d’après moi) ça devrait être relativement fidèle. Quitte à bien isoler les parois proche avec de l’absorbant.
    Mais il est évident qu’une chambre anéchoïque serait l’idéale. :D

  5. David dit :

    Une petite question stp :
    la réponse en fréquence des LS50 t’ont paru plus neutre que celle des S6 ? (j’exclus évidemment la partie grave…)
    (tu parles d’une petite coquetterie dans le haut médium pour les S6)

  6. Olivier dit :

    Bonjour,

    oui, désolé ,j’ai oublié de mettre le cache en place pour les photos mais bon ça se trouve assez facilement sur le net ;)

    Sinon, pas de mach ancienne vs nouvelle car c’est déjà une grande chance que j’ai eu ici pour les essayer !

    Les LS sont assez neutre en général mais avec un médium prépondérant qui peu être rentre dedans si on ne soigne pas le couple pièce/ électronique.
    Les S6 sont plus faciles et plus douces aussi de façon générale.
    Le registre médium aigu est de tt façon d’une autre classe mais n’est pas contre pas nettement plus transparent .

  7. David dit :

    Dommage pour le match contre les anciennes! :(
    Mais il est qu’on ne peut pas tout avoir.

    Pouvons-nous espérer une revanche avec la Studio 100 (qui est d’un très bon niveau pour son prix; dans l’idée de démontrer si oui ou non un tel écart de prix est justifié.) et/ou une autre référence du genre (BW 804D, Klipsch Palladium…)? :D

    Merci encore pour ce jolie test, il ne manque plus que le comparatif :P.

  8. David dit :

    *Et les mesures :P

  9. olivier dit :

    Non, j’ai du laisser repartir les S6 donc, pas de mesures ni comparatif au programme :/

  10. David dit :

    Arf! Dommage! :(

    Une idée de ton prochain test ? :)

  11. David dit :


    – ButtKicker ? 8D
    – Enceintes Paradigm Tribute/Inspiration (série limité) ?
    – Enceintes Focal Electra Be ; Triangle Genèse (un peu de françaises :)

    J’aimerais surtout avoir ton avis sur cet appareil (ButtKicker) qui a l’air de faire sacrément fureur dans le milieu du HC (pour les films mais aussi pour la musique). Un tas de questions me viennent en tête. Si un beau jour tu pouvais nous tester cela, ça serait super! :D

    Je tente à nouveau ma chance, comme il y a 2 mois je réclamais un test des S6v3 et quelques mois auparavant le Sub1… Çà marchera peut-être une troisième fois :P

    Bon weekend!

  12. Ashram dit :

    Me voilà rentre de vacances et non, pas de tests de ça prévus car je n’ai plus les S6 :(

  13. David dit :

    Bonjour!
    Les tests que j’ai égoïstement réclamés plus haut (notamment l’accessoir Buttkicker, ou enceintes Focal Electra), sont indépendants des S6. (je ne parlais plus de faire un comparatif, car je sais que tu as malheureusement du laisser partir les belles ^^ ).

    Pour la petite anecdote, j’ai testé récemment les Triangle Lyrr et j’ai été très surpris du résultat! En comparatif aux Studio 100 de Paradigm (sur même ampli au même moment), j’ai trouvé les Lyrr devant! Pour à peu près toutes les raisons possibles. (leur supériorité est a confirmer avec des mesures dignes de ce nom, mais à mon oreille, il n’y a pas de doute possible). Seul point négatif ->tweeter directif

Laisser un commentaire