Test: PASS LAB XP10 & X350.5

Alors voilà le test de cet ensemble composé du préampli XP10 et de l’ampli de puissance X350.5 !

Je commencerai par une présentation du préampli.

Le rôle principal d’un tel appareil est d’être le plus transparent possible  et de servir d’atténuateur entre la ou les sources et l’amplificateur de puissance !

dsc_12621

Il permet aussi la commutation entre de nombreuses sources.

Cela peut paraître facile comme tache et pourtant; c’est d’après moi l’appareil le plus important après les enceintes. Oui, encore plus que l’amplification, la source ou les câbles.

dsc_12741

Le XP10 est relativement simple dans sa présentation:

un boîtier en aluminium superbement réalisé, un bel afficheur DOT Matrix que l’on peut dimmer, une télécommande tout aussi belle et bien réalisée que le boîtier.

Voilà les caractéristiques techniques annoncées par Pass:

  • pas de volume: 64
  • réponse en fréquence: -3dB@ 2Hz, -3dB@ 60 KHz
  • Distorsion: approximativement 0,001%
  • niveau max de sortie: 7v sur RCA et 15v sur XLR
  • impédance d’entrée: 200 ohms sur RCA et 1K ohms sur XLR
  • impédance de sortie: 48K ohms sur RCA et XLR
  • voltage d’entrée avant surcharge: 11V
  • entrée: 2 XLR et 3 RCA
  • consommation: 20W
  • dimension: 43*30*10 cm
  • poids: 12,7 Kg

Tout cela ne veut finalement pas dire grand chose car un préampli se juge à sa musicalité et ce n’est pas les chiffres qui la caractérise vraiment.

dsc_12561

dsc_12555

Une fonction très pratique sur ce XP10 est la « bypass » qui permet d’effacer la présence du préampli pour attaquer directement l’ampli de puissance. C’est très utile en Home Cinéma puisque alors, c’est comme si vous aviez branché votre préampli HC ou les sortie pré out de votre intégré HC directement sur le bloc de puissance. En effet, le gain du XP10 est alors égal à 1; il laisse simplement passer le signal.

dsc_01911dsc_12571

Chose utile aussi en Home Cinéma, l’afficheur est dimmable complètement; les fans de projection  sur grand écran apprécieront.

Il est aussi possible de régler séparément le volume gauche de la droite.

la fabrication est vraiment superbe à tout point de vue, je vous laisse juger.

dsc_12652dsc_12721

la télécommande n’en démord pas même si elle est relativement grande et lourde. Comme sur le XP10, elle est faite d’un mélange de deux couleurs:

Superbe. J’ai juste noté une directivité de celle ci un peu faible; il faut être bien en face pour qu’elle réagisse !

Ce préampli est aussi bien réalisé vu de l’arrière ou les prises font en tout cas très sérieuse.

Pour le reste, il faudra voir à l’écoute.

Passons à l’amplificateur qui prend beaucoup plus de place…

et ce n’est rien de le dire !!!

Jugez plutôt.

img_80171img_80311

c’est carrément un montre de 68 Kg, 2*350w RMS @ 8 oms qui travaille en pure Classe A jusqu’au tiers de sa puissance; autrement dit, il y sera quasi constamment. Ce qui ne va pas sans poser un gros problème –> il chauffe énormément (sa t° de fonctionnement est de plus de 50°) et surtout… il consomme près de 500W en veille ce qui est malheureusement une des caractéristique de la classe A.

dsc_01961dsc_01981

Par contre, on bénéficiera de tout ses avantages en terme de musicalité (heureusement d’ailleurs). L’aiguille qui est sur la face avant montre la charge de l’amplificateur et croyez moi que pour la faire quitter sa zone de fonctionnement (autrement dit aller puiser dans les réserves des condensateurs)… il faut vraiment y aller !

passx35051

La fabrication est tout aussi exemplaire même si il est difficile de faire de cet ampli un premier prix de beauté.

La plaque du dessus à une épaisseur énorme et on pourrait sauter à pied joint dessus sans crainte; rassurez vous, je ne l’ai tout de même pas fait.

Les ailettes latérales sont énorme mais justifiée par la chaleur énorme à libérer; avec lui, plus besoin de chauffage d’appoint.

dsc_02061

D’un point de vue look, ça manque un peu de charme à mon goûts. Par ex, je trouve qu’un Accuphase est encore un cran au dessus.

L’afficheur bleu en face avant est absolument magnifique mais n’est pas dimmable du coup… dans des pièces sombres; on ne voit que lui.

Vous allez me dire qu’il faut être fou en ces temps de crise de s’équiper d’un engin pareil alors qu’il existe des amplis à haut rendement (en classe D notamment) qui ne chauffe pas et qui présente déjà de belle puissance.

Pas si fou que ça… vous verrez.

dsc_01991

Pour terminer, je n’ai pas trouvé les borniers HP extrêmement pratique puisque ce sont des papillons à visser (donc pour des fourches); Pass aurait pu prévoir autre chose.

Voilà les caractéristiques qu’ils annoncent d’ailleurs:

  • Gain: 26/30 dB
  • sensibilité @ 26dB de gain: 2,65
  • réponse en fréquence: 1,5 kHz à 100 KHz
  • puissance de sortie: 350W (8 ohms/ 1%/ 1KHz)
  • sortie maximum: 76 Volts/ 28 A
  • impédance d’entrée: 30/20 Kohms
  • damping facteur: 150
  • consommation: 600 W
  • t° de fonctionnement: 53°c
  • dimension: 48*28*55 cm
  • poids: 68 kg

Ce qui n’est pas dit, c’est que les condensateurs de filtrages sont énormes (diamètre d’une canette de coca de 33cl) et que le transfo est d’après mes renseignements de 1800 VA. Cette information est à prendre avec des pincettes car les sources sont rares.

Voilà cette présentation faite, passons aux écoutes.

Tout d’abord, il m’a fallu quelques mois de rodage pour obtenir la stabilité du système. Ensuite, un petit temps de chauffe à l’ampli pour qu’il atteigne son potentiel mais en général une heure suffit amplement.

La première impression qui se libère instantanément de ce système… c’est la force !

N’importe quel enceinte parait propulsée. Le grave en béton armé n’y est pas étranger.

Le rendu est plutôt mat, jamais fatiguant ou agressif ce qui fait de cet ensemble quelque chose de très reposant. La force tranquille en quelque sorte.

La musicalité et la transparence est vraiment étonnante même si le XP10 est le facteur limitatif et qu’il est sûrement possible d’aller encore plus loin.

Par rapport à mon précédent couple Classé CA2200/CP700; celui ci humanise bien plus la musique. Elle est moins chirurgicale et montante.

L’écoute peut se faire beaucoup plus fort sans aucune frustration et le grave est bien plus « martelant » doté d’une énergie qui semble véritablement inépuisable !

Les voix sont plus réalises, plus suaves et sensuelles aussi.

Pour ce qui est de chauffer… il est terrible, on pourrait faire facilement cuire un oeuf dessus même si on n’écoute pas fort ce qui est d’ailleurs logique puisque fort ou pas fort… il chauffe tout le temps. Le principe de la classe A est de mettre les vannes à fond et à la musique de prendre ce qu’elle est à besoin !

dsc_02081dsc_12631

Finalement, le rapport économique devient meilleur plus on écoute fort puisque l’on consomme quasi tout ce qu’il pompe sur le réseau électrique.

Bien entendu, c’est une boutade puisque le rendu de la musique est telle qu’on en oublie ces considérations.

dsc_02041

C’est lui qui à alimenté toute les enceintes testées depuis des mois et aucunes ne lui à fait peur. il suffit d’ailleurs d’entendre une simple paire de RF63 (si j’ose dire) alimentée par ce couple pour se dire que l’électronique est encore plus importante que l’enceinte elle même et qu’ il n’est absolument pas ridicule bien au contraire d’avoir 3 ou 4 fois le budget de l’enceinte dans tout ce qui est en amont.

Pour faire pire, ma paire de RF62 devient à ce point démoniaque qu’on se demande comment elles peuvent sortir un grave pareil !

c’est véritablement hallucinant: même dans ma pièce gourmande en basses fréquences, les RF62 se déchaînent en Home Cinéma.

Les P39f n’ont jamais aussi bien sonnées que chez moi (par rapport à tout les autres endroits ou j’ai pu les écouter).

dsc_01931dsc_02021

Il faut dire merci à la douceur du XP10 qui fait un mariage d’enfer avec les klipsch en général même si cela se solde par un petit manque de transparence à mon goût. Il est même capable de pousser des B&W 801d que je vous présenterai prochainement et pourtant du bas rendement à base de 38cm… ce n’est pas ce qu’il y a de plus simple !

Conclusion:

  • + musicalité exceptionnelle (X350.5)
  • + puissance inépuisable (X350.5)
  • + construction/ fabrication



  • - rapport énergétique très défavorable (X350.5)
  • - prix
  • - Je souhaiterais encore plus de transparence (XP10)
N'hésitez pas à commenter ce billet

1 Commentaire pour “Test: PASS LAB XP10 & X350.5”

  1. Nico dit :

    Salut,

    Est-il envisageable de trouver une telle débauche de puissance sur un ampli appartenant à une autre classe de puissance comme du classe D?

    Merci.

Laisser un commentaire