Test: Velodyne DD10

 

Ceci est une copie d’un test qui vient de mon ancien blog.

 

 

Cela un bon petit moment que j’ai eu la chance d’essayer un velodyne DD10 ! Comme je possédait encore le DD15, j’ai donc pu les comparer en direct.

Je vais d’abord commencer par le test du DD10 en lui même puis, je vous livrerai mes impressions qd à la différence entre les deux !

TEST du Velodyne DD10:

Alors pour commencer, physiquement c’est très petit mais c’est surtout très lourd !!!

Il m’a paru encore plus lourd que le SPL1000R ce qui est somme toute normal. La finition noire laquée est du plus bel effet mais attention aux traces de doigts et à la poussière, ça ne pardonne pas. Le voilà:

dyn002_original_640_427_pjpeg_2511585_8388412c915155f71694947cac1417c9

 

 

Comme le DD15, la membrane parait en bêton armé et le volume clos est très étanche puisqu’il est impossible de compresser à la main le volume d’air interne ! C’est un 25cm de fort belle allure avec une énorme suspension demi rouleau qui permet d’énorme débattement. Avec un volume clos pareil (vraiment proche de 0), l’amplificateur doit dégager et il le fait puisque c’est exactement le même que celui embarqué dans les autres DD à savoir 1250W RMS et 3000W crête (ampli classe D).

Voilà le bébé à côté d’une RF82 pour vous situer:

dyn002_original_640_427_pjpeg_2511585_69094546337064d7d9d828a9238b8a65 dyn002_original_640_427_pjpeg_2511585_ed5ab5e33d7dae77ad872ff5620364d2

 

 

 

C’est petit hein. Franchement, il est WAF approuvé là je crois. Les présentations étant faite, on peut passer à l’écoute. Vous connaissez maintenant toutes les possibilités de la série Digital Drive de velodyne à savoir: asservissement et équalisation (avec mesure réele dans la pièce). Je ne vais donc pas répéter une fois de plus toute la procédure mais en 15 min montre en main, le caisson était réglé et optimisé avec les Klipsch RF82 et ça donnait ceci:

dyn002_original_640_427_pjpeg_2511585_5874d34de4e66538a7f29c1dfcb09817

 

 

On peut déja considérer ça comme excellent vu les difficultés de ma pièce !

Par contre, quelques remarques: le DD10 subit plus la pièce que le DD15.

En effet, les corrections à appliquer sont plus forte et il faut lui mettre plus de volume. C’est normal, la différence de surface entre le 25cm et le 38cm se font bien sentir.

A l’écoute, pas de surprise, c’est bien un DD !!!

Articulation, rapidité, discrétion (car se fond avec les principales). Ce n’est peut être qu’un 25cm mais je connais des 30cm qui pourrait bien se tenir !

En musique, il sait se faire sentir et entendre sans jamais faire le rouleau compresseur.

En HC, il est percutant mais il est nécessaire de monter assez fortement le volume… sans doute une limitation due à la relative petitesse de la membrane.

Quel changement aussi par rapport au SPL1000R. Normal me direz vous vu le prix demandé.

Ce sub est tout simplement le meilleur 25 cm que j’ai jamais essayé et du point de vue résultat emcombrement/ résultat, il attend des sommets.

Il ne va cependant pas aussi loin qu’un DD15 et ce sur différents points.

Comme je l’ai laissé sous entendre, il y des différences entre les deux caissons ! Déja bien sur d’un ordre d’encombrement  mais pour ça les photos seront plus parlantes.

Mais aussi et surtout à l’écoute !

En effet, malgré une courbe très proche, le ressenti à l’écoute est bien différent !

Voilà toujours une présentation des deux compagnons:

dyn003_original_640_427_pjpeg_2511585_90cd58e9ac56ec5b62f59375b452dac9  dyn003_original_640_427_pjpeg_2511585_9de182a7deed8005bc3af7baa221abdc

dyn003_original_640_427_pjpeg_2511585_526460bf315a3b017048398fb963f8c8

On ne parle pas tout à fait de la même chose.

Alors qu’est ce que ça raconte: eh bien malgré le fait que le DD10 descende extraordinairement bas (en tout cas bien plus que la majorité des enceintes colonnes), Il n’arrive pas à donner cette sensation physique, cette impression de très gros volume d’air qui est brassé!

Quand on a des notes très grave, le DD15 est très à l’aise dans le sens ou on sent qu’il a un coffre du tonnerre ! Les différenciations entre les notes ou nappes d’infra grave sont très distinctes. Moins sur le DD10.

Rien ne remplace une grosse membrane, en voilà encore une preuve. Autre différence: il faut monter le volume plus fort sur le DD10 (besoin de plus d’élongation pour le même niveau sonore) et finalement, la dynamique en est modifiée, comme plus bridée face au dd15 ! Par contre, la sensation d’articulation est à peu de chose près la même sur les deux modèles sauf sous les 30hz ou là, le DD15 prend le dessus !

Le DD10 ayant besoin d’une correction solide en dessous des 30hz contrairement au DD15 qui lui sans correction est déja quasi plat jusque 25hz !

Vous l’aurez compris, mon choix est donc bel et bien porté sur le DD15 et je le conseillerais même sans réserve pour ceux qui le peuvent de plutôt prendre un DD12.

Attention, ce n’est pas que le DD10 est mauvais mais il sera plus à la peine pour de forts niveaux et vu le peu de différence tarifaires avec ses grands frères…

Tient, pour finir, voilà une photo assez représentative:

dyn003_original_640_427_pjpeg_2511585_f0a3993b303edf58fbcb3375de611e9f

N'hésitez pas à commenter ce billet

Laisser un commentaire